Aller au contenu principal

"Dans le Domaine de la Géotechnique, le Laboratoire RRO vise à améliorer et étendre les pratiques professionnelles par la production de nouvelles connaissances, le développement d'outils de conception, de calcul ou de mesure, l'exécution d'études et expertises sur des ouvrages ou projets réels, la transmission des connaissances par la formation, la publication et la normalisation."

Laboratoire Risque Rocheux et Ouvrages géotechniques

L’unité Risque Rocheux et Ouvrages géotechniques (RRO) relève du domaine de l’ingénierie géotechnique : géologie, sismologie, terrassements, mécanique des sols, mécanique des roches, hydraulique des sols, identification et comportement mécanique des sols et des roches, modélisation physique et modélisation numérique appliquées à la géotechnique.

Créée progressivement depuis juillet 2011, cette unité a vocation à se développer dans les prochaines années. Son implantation répond à plusieurs objectifs stratégiques : (1) se rapprocher des acteurs du génie civil en Rhône-Alpes, (2) renforcer les interventions dans le domaine de la mécanique des sols et des roches, notamment pour la mitigation des risques et (3) développer un nouveau partenariat avec les équipes du CEREMA, nouvel établissement public, dont le siège est à Lyon, regroupant notamment des anciens Centres d’Études Techniques de l’Équipement (CETE). 

En termes de positionnement, de manière très synthétique, le Laboratoire RRO traite de problématiques de recherche appliquée identifiées notamment à l’occasion d’expertises sur projets ou ouvrages réels. Son activité se caractérise par une forte implication dans la transformation de ses résultats de recherche en connaissances acquises par la profession du génie civil, au travers de la production de différents outils : guides techniques, normes, matériels, progiciels, etc.

Dans un premier temps, ce Laboratoire a été chargé de développer un axe de recherche sur le comportement et le dimensionnement des ouvrages sous impact à faible vitesse (inférieure à 100 km/h) et la résilience des ouvrages de protection contre les chutes de blocs rocheux (merlons, casquettes, écrans de filets). Pour cela, il dispose de la station d’essais de chute de blocs de l’IFSTTAR, située près de Chambéry (73), qui met en œuvre une énergie d’impact jusqu’à 13 500 kJ (20 tonnes à 130 km/h), et de deux catapultes pour réaliser des essais d’impacts jusqu’à 1100 kJ dans une direction horizontale.

Parallèlement le Laboratoire RRO développe des compétences dans le domaine de l’observation et de l’analyse des sites et des ouvrages in situ, dans l’objectif de répondre à des interrogations posées actuellement par les donneurs d’ordres, les bureaux d’études ou les entreprises de travaux. Le FUI REMOTE, qui vise au développement d’une nouvelle technologie radar permettant à la fois une observation en grand des versants et aussi une analyse plus fine des mouvements (mesures de déplacements inférieurs à 0.1 mm) est un exemple de ce champ d’intervention. Cette capacité et ces compétences d’observation et d’analyse de l’ancien « Réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées » ont de tout temps contribué à asseoir la réputation de l’établissement dans le domaine du génie géotechnique.

.

 

 

 

 

 

 

.